Démarche de co-construction d’un projet d’aménagement urbain du quartier de Saint-Médard à Mont de Marsan.

passeursAntoine Luginbülh est paysagiste, membre du collectif Passeurs, « réseau de professionnels (aménageurs, acteurs, chercheurs, créateurs) engagés autour de notions communes : paysage, territoire, démocratie, participation, pluridisciplinarité, recherche-action, art et culture, global-local. »

Lors du séminaire « Démarches participatives : les professionnels du développement territorial au service des processus de participation et de « faire ensemble » (22 janvier 2015 – Toulouse), il a témoigné de la démarche de co-construction d’un projet d’aménagement urbain à Mont de Marsan.


Carte d’identité du territoire

 

Mont de Marsan est la préfecture des Landes et compte 31.000 habitants.

Situé à l’entrée Est de Mont de Marsan, le quartier de Saint Médard compte plus de 2 000 habitants et constitue un lieu d’attractivité et un pôle de proximité structurant de la ville. Il est composé d’une douzaine d’équipements publics et de commerces de proximité attractifs dédiés à l’alimentaire, à la santé, aux services, à l’équipement de la maison… Mais aujourd’hui son image et son appropriation par les habitants sont dégradées en raison :

  • de la place prépondérante de la voiture : axe routier structurant à forte circulation (10 000 véhicule/j environ) qui se situe en entrée et sortie d’agglomération, stationnement anarchique…
  • d’une absence de traitement urbain et paysager : végétal inexistant, absence de continuités piétonnes….

Son témoignage

 » Au vu de ces constats posés par les élus et partagés par les habitants, les commerçants et le conseil de quartier, l’agglomération du Marsan a décidé de lancer une étude de conception d’un pôle de proximité. Le réaménagement de cet axe doit permettre de faire de ce quartier une entrée de ville stratégique, mais aussi d’améliorer le confort des usagers piétons, de prévoir des circulations douces et de valoriser l’image et le traitement paysager de cette entité urbaine. Il s’agit également de déterminer la place octroyée à la voiture, en organisant, notamment, les fonctions de stationnement. Pour atteindre ces objectifs, les élus ont souhaité mettre en place une démarche innovante et participative autour de l’élaboration de ce projet en impliquant les pratiquants de l’espace et les riverains. Afin de les accompagner dans cette démarche, une équipe de paysagistes a été mobilisée et était composé de l’agence l’Atelier Des Paysages, chargée de la conception et de l’exécution des travaux, et de notre association, Passeurs, chargée de la concertation avec les habitants.

Pour tenir compte des nombreuses demandes faites par les usagers, habitants ou commerçants, la Communauté d’Agglomération du Marsan a souhaité mettre en place une démarche de concertation afin de répondre au mieux à leurs besoins et à leurs attentes. Plus qu’une simple concertation, il a été convenu de programmer une démarche de conception collective du projet d’aménagement, laissant plus de place à la créativité et à la production d’idées des publics concernés. L’idée part du principe que chaque participant au projet, qu’il soit habitant du quartier, commerçant, élu, technicien ou aménageur perçoit et développe une connaissance du territoire qui lui est propre. C’est la prise en compte de l’ensemble des regards et des pratiques qui permettra d’aboutir à une solution pertinente et adaptée aux besoins de tous. D’autre part, la participation des élus et des techniciens du Marsan à chaque étape de la démarche, permet d’aboutir dans un premier temps à un diagnostic puis à des propositions d’aménagements entièrement partagés. Ainsi, chaque étape étant validée au cours du processus de conception, les décisions sont prises collectivement et issues de l’ensemble des participants. Il s’agit donc d’un projet mené de front et partagé par toutes les parties concernées, usagers quotidiens, élus et aménageurs. »

 

Pour en savoir plus : le site du projet  saintmedardpaysage.fr

 

L’analyse des participants

Les participants étaient invités à repérer les finalités selon le point de vue d’un des protagonistes du projet.

ACTEURSFINALITESREMARQUES
HabitantsAméliorer leur cadre de vie et faire prendre en compte leurs besoins :
- Besoin d’un cadre de vie agréable
- Besoin d’un espace de "vivre ensemble"
- Moins besoin de place de stationnement
- Besoin d’un caractère de village, mais intégrer à Mont de Marsan
- Besoin de voies vertes leur permettant d’être connecter au centre-ville
Habitants, représentants au Conseil de Quartier- Jouer le rôle de courroie de transmission avec la municipalité
- Jouer le rôle de relais auprès des autres habitants
- S’informer
- Participer plus par intérêt personnel (habitants ayant plusieurs casquettes ou responsabilités)
→ Rôle finalement peu tenu
→ Ont été peu sollicités finalement
Elus- Enjeu électoral (approche des élections)
- Répondre aux besoins des habitants et anticiper les conflits
- Faire vivre les commerces et maintenir les commerces de proximités
- Maintenir le lien social
- Favoriser l’attractivité de la ville et en conserver l’identité
- Réaménager le quartier
- Aboutir à un projet partagé (acceptabilité)
- Construire une vision partagée
- Identification de l’enjeu de s’acculturer à la participation => suite du projet…
Bureau d’études / Intervenant extérieur / PasseursActeur ayant ses propres finalités et exigences (=> des valeurs, une éthique, des modes de faire) et utilisant le paysage comme un média :

- Favoriser le dialogue entre les acteurs du territoire et la prise en compte des besoins des habitants
Techniciens de la ville de Mont de MarsanRegard technique par rapport à des contraintes techniques et budgétaires :
- Sensibiliser à l’enjeu d’aménagement global
- Faire adhérer à la charte d’aménagement
- Faire adhérer et participer les commerçants
CommerçantsBesoin de place de stationnement

Les participants devaient ensuite reconstruire la chronologie du processus, toujours de leur angle de vue de protagoniste du projet, pour identifier pour eux les moments-clés où ils ont joué un rôle et déterminer si c’est leur responsabilité, légitimité, pouvoir ou autorité qui était alors en jeu.

Deux temps se dégagent :

De juillet 2013 à janvier 2014 le temps de « FAIRE CONNAISSANCES » pour définir une image partagée du cadre de vie

De janvier 2014 à octobre 2014 le temps de « PASSER A L’ACTION » pour concevoir les aménagements paysagers

Image2

Téléchargez la chronologie du projet à Mont de Marsan.

Les commentaires sont fermés.
200-125dumps 100-105dumps 210-260dumps 300-115dumps 200-105dumps 300-101dumps 200-310dumps 210-060dumps 200-355dumps 640-911dumps 300-075dumps 300-208dumps 300-070dumps 300-360dumps 642-998dumps QV_DEVELOPER_01dumps 400-101dumps 210-451dumps 700-501dumps 400-051dumps 117-201exam