Démarche participative de prospective sur l’avenir de 4 Pays de Midi-Pyrénées

Didier Bardy est président du Conseil de Développement du Pays Portes de Gascogne.

Lors du séminaire « Démarches participatives : les professionnels du développement territorial au service des processus de participation et de « faire ensemble » (22 janvier 2015 – Toulouse), il a témoigné de la démarche participative de prospective engagée par 4 Pays de Midi-Pyrénées qui doit nourrir leurs futurs projets de territoire.

Titre explicite de son témoignage : « La vie rurale, ce n’est pas de la science-fiction ».


Carte d’identité du territoire

5 territoires de Midi-Pyrénées étaient impliqués dans le projet :

  • le Pays Portes de Gascogne : situé à l’est du département du Gers, 160 communes, 66000 habitants, 2 061 km²
  • le Pays d’Auch (Gers) : situé au cœur du département du Gers, 116 communes, 62300 habitants, 1 618 km²
  • le Pays Midi-Quercy : situé à l’est du département du Tarn-et-Garonne, 49 communes, 49000 habitants, 1.188km²
  • le Pays Bourian : situé à l’ouest du département du Lot, 42 communes, 18350 habitants, 670 km²
  • le Parc naturel régional des Causses du Quercy : département su Lot, 102 communes, 32000 habitants, 1 830 km²

Ces 5 territoires, aux configurations différentes, sont tous empreint d’une forte ruralité. Ils connaissent toutefois de mutations profondes en raison notamment d’une augmentation de leurs populations liée à l’arrivée de nouveaux résidents et de nouveaux actifs.

Son témoignage

Contexte et origine

 » En 2010, le Pays Portes de Gascogne et le Pays d’Auch (Gers) portaient la première édition d’une programmation d’expositions, spectacles, films, conférence et débats, intitulée « La Vie Rurale, quelle ruralité aujourd’hui ? », associant les acteurs culturels et les conseils de développement des deux territoires.

La seconde édition en 2013 s’est étendue en région Midi-Pyrénées, avec la participation de trois nouveaux territoires : le Pays Midi-Quercy (Tarn-et-Garonne), le Pays Bourian et le Parc naturel régional des Causses du Quercy (Lot). Elle portait sur la question suivante : « Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemblerait la campagne où vous vivez d’ici 2040 ? Et pour vous, le territoire rêvé, c’est quoi ?… »

Ce projet de coopération proposait de porter un regard sur l’évolution du monde rural en croisant les approches artistiques, culturelles, sociologiques, scientifiques, techniques,… et en privilégiant les dynamiques collectives (artistes, acteurs, territoires et société civile). »

 

Objectifs du projet de coopération

 » Si les mutations passées et actuelles constituaient le fil rouge de la première édition, les mutations futures du monde rural ont été la base de la programmation de la deuxième édition, avec pour objectifs de :

  • S’interroger et anticiper l’évolution de la ruralité,
  • Croiser des regards artistiques et sociologiques interrogeant l’évolution des territoires ruraux,
  • Confronter, partager les expériences, capitaliser les savoirs entre acteurs au sein d’une coopération territoriale,
  • Favoriser la démocratie participative en impliquant les Conseils de développement à l’organisation de débats ouverts à tous,
  • Relayer, faire le lien avec les politiques mises en œuvre sur les territoires concernés : études SCoT (Schéma de cohérence territoriale), schémas d’aménagement, plans climat … »

 

Description des actions envisagées

 » Le temps fort de la manifestation La Vie Rurale #2 s’est déroulé de janvier à avril 2013. Des spectacles, des films, des conférences, des ateliers de travail, des débats et des échanges de pratique ont été proposés sur les 5 territoires partenaires de la coopération par les différents acteurs mobilisés pour l’occasion : associations, organisations professionnelles, collectivités, acteurs de la société civile réunis au sein des conseils de développement.

Le Collectif Ville-Campagne a accompagné les territoires dans la mise en place d’ateliers de réflexion prospective, intitulés « Territoires 2040 ». Cette réflexion faisait écho aux travaux menés par le CESER Midi-Pyrénées et la DATAR (Revue Territoires 2040, «  Des systèmes spatiaux en prospective » / Les espaces ruraux de faible densité). »

 

Valeur ajoutée de la coopération

  • Pour les territoires partenaires: consolidation de la dynamique de développement local ; renforcement des partenariats avec les acteurs locaux ; identification de nouvelles réponses aux enjeux territoriaux via les échanges d’expériences ; ouverture des territoires sur d’autres pratiques et fonctionnements.
  • Pour les conseils de développement et comité de la vie associative: renforcement de la démocratie participative à l’échelle locale ; enrichissement mutuel sur des bonnes pratiques.
  • Pour les élus des territoires: meilleure compréhension des enjeux actuels et futurs en matière de développement local ; anticipation de leur politique d’aménagement et de leur logique de projets.
  • Pour les habitants des territoires: découverte et meilleure compréhension de leur territoire et de son évolution, des enjeux du développement local.
  • Pour les acteurs partenaires du projet: participation à une manifestation d’ampleur régionale ; mise en réseau avec d’autres acteurs du même secteur ; renforcement des partenariats avec les Pays et PNR.

 

Résultats / leçons tirées

 » Plus de 120 événements ont été proposés en région Midi-Pyrénées durant ces quatre mois de programmation atypique. Un festival qui a mêlé des temps d’échange, de débats et de réflexion, des temps festifs et conviviaux, des temps pour découvrir ou redécouvrir nos territoires, s’interroger sur leur devenir et sur ce que nous voulons et ne voulons pas pour l’avenir.

Les ateliers prospectifs  « Territoires 2040 » ont été des temps collectifs forts et qui ont marqué le festival. Au cours de ces rencontres, chaque territoire a écrit des scénarios, « pour le meilleur » et « pour le pire », qui retracent la vie d’une famille en 2040. Un regard distancié, rêvé, imaginé de nos territoires, entre réalité et fiction…

Mais toute cette « matière » ne s’arrête pas là. Les acteurs de cette aventure à la fois culturelle et réflexive, ont gardé une trace originale de ce festival. Cinq jeunes auteurs du collectif toulousain de bande-dessinée alternative « Indélébile », qui ont également réalisé l’affiche du festival, ont réalisé une BD qui s’inspire des réflexions abordées tout au long de ces quatre mois.

Les ateliers de réflexion accompagnés par le Collectif Ville-Campagne ont permis d’apporter un éclairage sur les enjeux futurs d’une ruralité qui n’est pas isolée et dont l’avenir est étroitement lié aux villes. L’enjeu primordial résidant dans nos capacités à dialoguer sur ce rapport ville/campagne tout en étant forces de proposition, porteurs de réflexion, de sens, et de projets ambitieux pour nos territoires.

Ces ateliers avaient pour but d’alimenter la réflexion menée en 2013 par le Pays Portes de Gascogne pour élaborer son futur projet de territoire 2014-2020. »

 

L’analyse des participants

Les participants étaient invités à repérer les finalités selon le point de vue d’un des protagonistes du projet.

ACTEURSFINALITES
Elus- assurer la paix sociale (éventuellement par la concertation mais plutôt de la consultation)
- assurer notre réélection
- améliorer les projets du territoire
Responsables associatifs- mise en lien d’acteurs pour un projet commun (non défini en avance)
Habitants- trouver sa place d’habitant, prendre sa place, être partie prenante
Agents / techniciens territoriaux- prise en charge du développement local
transversalité / transdisciplinarité (donc plusieurs focales nécessaires)
- garantir une démarche, un processus et assurer la cohérence avec le projet de territoire

Les participants devaient ensuite reconstruire la chronologie du processus, toujours de leur angle de vue de protagoniste du projet, pour identifier pour eux les moments-clés où ils ont joué un rôle et déterminer si c’est leur responsabilité, légitimité, pouvoir ou autorité qui était alors en jeu.

 Les moments, éléments et rôles clés joués par les parties prenantes :

MOMENTS CLES 
PARTENAIRESL’entrée culturelle permet des initiatives, diffuse des propositions culturelles (la DRAC par exemple pourrait être intéressée).
On a senti de la tension plus que de la connivence entre le conseil de développement et le pays et en même temps il y a des porosités.
Les institutionnels (partenaires) courent derrière la dynamique, cela conduit à poser la question : quelle place y compris du côté des idées et de l’élaboration est faite pour les partenaires institutionnels ?
ELUSLa responsabilité est partagée. Le pouvoir est détenu par les élus mais il peut être partagé avec pour preuve la participation au GAL du conseil de développement.
HABITANTSCela donne une sensation de complexité, d’usine à gaz. On va se prendre la tête. Pas facile de voir l’ensemble et les conflits d’intérêts éventuels.
Les habitants ont de l’appétit devant les actions de type culturel mais le top c’est le coup de main nécessaire qui nous donne réellement une place.
Mixer des temps « concrets », de « vivre en commun » et de « temps de réflexion », c’est notre intérêt.
ASSOCIATIONSComment peut-on être associé, impliqué quand on n’est pas culturel, quand on n’œuvre pas dans la culture ? Il semble que la légitimité est accordée si on « baigne » dans le champ mis en avant.
De quelle participation s’agit-il ? De qui ? L’une des pistes a été d’éviter l’entre-soi.
Les actions concrètes ont attiré des participants et il y a une réflexion sur quels acteurs devaient être concernés.
AGENTS / TECHNICIENS DEVELOPPEMENT TERRITORIALIls repèrent et participent un peu aux événementiels et aux propositions culturelles. C’est une prise de risque (le fait d’être dans le participatif) à assumer collectivement.
Le langage commun et la culture commune sont nécessaires.
Les agents peuvent être des « alertes » ou « balises » dans le processus (mais pas sur le résultat).
Ils viennent interroger les échelles de territoire : les échelles administratives, les échelles d’action etc.
Ils sont à l’interface pour le portage politique des élus et l’appropriation par les acteurs impliqués/souhaités pour être impliqués.
Les commentaires sont fermés.
200-125dumps 100-105dumps 210-260dumps 300-115dumps 200-105dumps 300-101dumps 200-310dumps 210-060dumps 200-355dumps 640-911dumps 300-075dumps 300-208dumps 300-070dumps 300-360dumps 642-998dumps QV_DEVELOPER_01dumps 400-101dumps 210-451dumps 700-501dumps 400-051dumps 117-201exam