(2011) Enquête IngéTerr

Présentation du projet

Conduit dans le cadre du programme Pour et Sur le Développement Régional (PSDR), le projet IngéTerr se fixe pour objectifs de décrypter ce qu’est l’ingénierie territoriale aujourd’hui et les évolutions en cours, de mesurer le lien entre ingénierie et dynamiques territoriales, d’identifier les compétences présentes et recherchées et de se doter des moyens d’accompagner les acteurs dans l’évolution de leurs emplois et de leurs compétences. Ce projet a mis en lumière le concept de « réflexivité » ou « la capacité des acteurs, professionnels en situation, à prendre conscience de leurs rôles, de leurs pratiques, de leurs places dans l’organisation, et d’envisager les transformations possibles et souhaitables ».

Menées par le Centre régional de ressources du développement rural (CRDR) a impulsé avec, en Rhône-Alpes, des équipes de recherche d’universités (Grenoble, Lyon, Saint-Etienne), et en Auvergne, l’Agence régionale de développement des territoires d’Auvergne (ARDTA) et l’ENGREF, l’enquête et les rencontres proposées aux différents acteurs de l’ingénierie en Rhône-Alpes (agents de développement, décideurs des politiques publiques de développement rural, formateurs) font l’objet de cette restitution.

Elle présente une analyse croisée des chercheurs et des professionnels.

Les documents consultables :

Agents de développement rural en Rhône-Alpes : VOTRE MÉTIER ÉVOLUE ! 2009, 21p.

La lecture faite par les chercheurs des résultats de l’enquête pose la question de l’évolution vers une forme nouvelle d’ingénierie, celle de la construction territoriale ou comment, pour le professionnel, construire à son échelle « des projets qui aient la capacité de coordonner au mieux les diverses politiques contractuelles », entre ingénierie de projet et ingénierie organisationnelle (davantage que dans l’ingénierie d’action).

Enquête IngéTerr / Idéaltype, profils et parcours des acteurs de l’ingénierie territoriale, 2009, 8p.

Elément constitutif de l’ensemble du projet Ingéterr, ce document présente une grille d’analyse distinguant cinq idéaux-types, tout autant tendance que caricature, construite par l’agrégation de positionnements et de description d’activités de l’enquête. On retrouve ainsi la description du manager spécialiste, du spécialiste/expert, de l’animateur-acteur, du spécialiste animateur, de l’agent administratif. Le professionnel peut à partir de ces cinq idéaux-types se positionner, analyser son parcours professionnel et concevoir une évolution de carrière, notamment par la formation. D’un point de vue collectif, ils permettent de penser la coordination des ressources humaines au sein des projets, des structures et des territoires.

Enquête IngéTerr / Compétences et référentiel de compétences en ingénierie territoriale, 2009, 8p.

Partie intégrante du projet IngéTerr, ce document propose une analyse de référentiels métiers existants et intègre les résultats de l’enquête de terrain pour construire un référentiel propre de compétences en ingénierie territoriale pour mieux les identifier, les renforcer et les articuler au sein d’une équipe, d’une organisation, d’un territoire.

Les compétences sont présentées sous la forme d’un bouquet autour de quatre macro-compétences : conduite de projet ; médiation ; production et maîtrise de connaissances ; management.

4 pages de présentation des résultats, 2011.

Ce document présente les enseignements du projet IngéTerr mené entre 2009 et 2011 dans le cadre d’une coopération entre acteurs recherche et du développement (programme de recherche Pour et Sur le Développement Régional (PSDR)) en Rhône-Alpes.

Ce projet s’est intéressé aux concepts, cadres et pratiques de l’ingénierie territoriale. Il visait en particulier à caractériser les métiers, identifier les compétences mobilisées ou attendues, élaborer des indicateurs de suivi de l’ingénierie et proposer de nouvelles formations.

Il a été formalisé autour de 4 volets spécifiques :

– État des lieux de l’ingénierie territoriale et des conditions de sa construction

– Analyse des contenus et modes de mise en œuvre

– Conception de formations en ingénierie territoriale

– Conception de guides méthodologiques

Outre l’établissement d’idéaux-types de praticiens et d’un référentiel propre de compétences, ses conclusions ont rappelé que « l’ingénierie territoriale est une sorte d’hybridation entre des évolutions de compétences issues d’une part d’apprentissage empiriques en lien avec l’animation et l’accompagnement de dynamiques collectives et d’autre part de compétences de gestion territoriale venant des acteurs professionnels des collectivités locales et de l’État. »

Les commentaires sont fermés.