Le cas du milieu associatif

Etre développeur territorial en milieu associatif, des compétences différentes ?

Marie Danjean est chargée de mission à l’association AIDER. Elle était notre « développeur territorial exerçant en milieu associatif » pour la séquence « décryptage des parcours d’acquisition de compétences » lors du séminaire « Quels contenus et modalités de formation au développement territorial pour l’acquisition des nouvelles compétences professionnelles ? » (3 février 2015 – Eurre (26)).


Son parcours

 

« Après un bac L, j’ai fait une licence de lettres modernes et de littérature espagnole. Se posait pour moi la question de savoir « quel va être mon métier ?.

>> « Appendre des choses »

J’ai choisi l’ouverture par l’expérience et le cheminement du savoir, en prenant des contacts avec le milieu des arts visuels, de l’histoire de l’art.

>> « Satisfaire des raisons pratiques »

Puis, j’ai pris une année de réflexion…

>> « Réfléchir »

… avant de m’engager dans une formation en IUP « Métiers des Arts et de la Culture / mise en tourisme des lieux patrimoniaux », avec une spécialisation développement local.

>> « Contextualiser l’action et la décision politique »

J’ai réalisé des stages de pyrotechnie, travailler sur un projet de musée en Isère, fait du théâtre au Togo.

Puis j’ai mené des activités auprès des personnes âgées dans le cadre de séjours adaptés.

>> « Apprendre la médiation »

Lors de mon installation dans la Drôme, il n’a pas été facile de trouver du travail. Sans doute du fait de ma formation pluridisciplinaire.

J’ai travaillé auprès de Peuples solidaires sur des ateliers pour enfants, des événements culturels et des projets européens.

Puis, j’ai intégré le réseau RIPOST, un réseau d’accueil et de soins aux toxicomanes, où je travaillais avec un éducateur spécialisé et un psychologue.

>> « Apprentissage sur le tas, formation à des outils »

J’ai repris une formation à l’art thérapie et à mon retour dans la Drôme, j’ai d’abord été guide au château de Grignan avant d’entrer à l’association AIDER en tant que chargée de mission « bureau des temps ».

J’ai alors travaillé sur les rythmes des entreprises, des services et des habitants, adopté une approche intersectorielle et collaboré au sein de réseaux nationaux.

Aujourd’hui je travaille sur la question de la saisonnalité, des services et de l’accès à l’emploi.

>> « Découverte de nouveaux champs : statistique, observation, sociologie »

Je suis par ailleurs bénévole à l’association Renard.

>> « Acquisition de compétences de comptabilité et RH »

Je suis aussi membre de deux groupes musicaux.

>> « Savoir-être : écouter, partager, faire groupe dans la diversité »

Dans le parcours décrit, il est possible de mettre en exergue trois catégories de compétences : les fondamentaux, les compétences transverses et la posture personnelle.

marie danjean schémaVous pouvez aussi retrouver l’entretien qu’elle a accordé au Carrefour des métiers.

 

Réactions / analyses des participants sur les freins et les leviers à l’acquisition des compétences

LEVIERSCONTRAINTES
- un outil qui permet de formaliser, d'identifier les réseaux professionnels pour soi

- le transfert, le partage, la construction des compétences en interne

- le travail avec des partenaires avec lesquels on construit, on élabore

- une culture universitaire

- un décloisonnement des sources de compétences entre expériences sociales, privées et professionnelles

- une incitation de la part de la RH

- identification d'un organisme de formation « bien adapté » et qui « ouvre des possibles »

- curiosité, plaisir, envie et confiance accordée pour essayer
- employeur qui n'occupe pas la fonction employeur / RH

- statut de l'ADL qui « coince », enferme, reproduit

- la non-perméabilité entre les différentes structures (ex. entre collectivités territoriales et associations)

- culture tendant à un certain immobilisme et un manque de regard sur les parcours

- complexité du financement de la formation, manque de budget

- difficulté à identifier et à trouver les formations adaptées, les organismes de formation

- difficulté d'identification, d'expression des besoins

- déficit d'une définition simple du métier

 

Les questionnements et échanges suscités par le parcours de Marie

Comment et où s’exprime les besoins en compétences ?
→ Thème récurrent de nos séminaires, cette question pointe la difficulté que nous avons en tant qu’individu à identifier nos besoins en compétences et à passer à la construction d’une demande de formation.

Qui formalise les acquisitions des expériences ?
→ Davantage enclins à attendre une reconnaissance par un tiers, les individus ont du mal à définir spontanément leurs compétences. On parle d’ailleurs souvent plus d’activités que de compétences. Aussi la mesure de l’impact des formations et de l’acquisition des compétences est rendue plus difficile.

Comment favoriser la porosité entre les expériences et les sphères de vie ?
→ Même si la porosité entre nos sphères de vie existe, elle n’est pas forcément pensée en termes de compétences. Pourtant, nos activités sociales, culturelles, sportives… nous amènent à développer des compétences que l’on peut transférer dans notre vie professionnelle.

Comment se construire un réseau professionnel ?
→ C’est quoi un réseau professionnel quand on est nomade en termes d’activité professionnelle ? Si les échanges entre pairs sont un moment privilégié de l’acquisition de compétences, ils supposent une certaine stabilité de fonction et un investissement personnel.

Comment gérer le passage d’une structure à une autre ?
→ Les modalités de recrutement et d’évolution, les cultures sont sensiblement différentes entre les sphères possibles d’exercice des agents de développement, ce qui peut inviter à recomposer ses compétences.

Y a-t-il des profils différents entre agents des collectivités et salariés associatifs ?
→ Pendant de la question précédente, les conditions d’exercice différentes posent la question des compétences propres aux uns et aux autres.

Remerciements

Marie Danjean pour avoir joué le jeu du témoignage et du décryptage de son parcours.

Sandrine Gourin pour ses notes.

Aux participants de l’atelier pour leur collaboration active au décryptage !

Les commentaires sont fermés.
200-125dumps 100-105dumps 210-260dumps 300-115dumps 200-105dumps 300-101dumps 200-310dumps 210-060dumps 200-355dumps 640-911dumps 300-075dumps 300-208dumps 300-070dumps 300-360dumps 642-998dumps QV_DEVELOPER_01dumps 400-101dumps 210-451dumps 700-501dumps 400-051dumps 117-201exam