(2005) Les métiers flous du développement rural

Cet article analyse la spécificité de l’agent de développement (ou chef de projet ou chargé de mission) en milieu rural. Même si son poste recouvre les mêmes fonctions, entre « projet » et « animation », devant être en contact avec les acteurs de terrain, acteurs de développement, autant que coordonner les différentes administrations, les agents en milieu rural ont la particularité de concentrer toutes les « spécificités » reliées à l’exercice de ces métiers : parcours atypiques, « missions définies de manière vague, position d’emploi bricolées [par multiplication des sources de financement notamment] et parcours influencés par la sphère politique [profils militants, recrutement liés à des élus « désireux d’investir un territoire intercommunal »] ». Le souhait de certains de s’inscrire dans un « métier » est évoqué mais les délimitations n’étant pas claires, l’auteur en conclut par cette expression de « métier flou ». Il pointe également le lien avec la décentralisation institutionnelle, participant d’une dichotomie entre d’un côté des agents fonctionnaires chargés de l’initiative et de l’autre des agents contractuels chargés de la mise en œuvre. A l’instar des procédures contractuelles, ces « métiers flous » seraient un symptôme de l’évolution de l’action publique.

Les métiers flous du développement rural , in Sociologie du travail, vol 47, n° 1, Gilles Jeannot,  2005, 19p.

Les commentaires sont fermés.