Démarches participatives : les professionnels du développement territorial au service des processus de participation et du « faire ensemble »

Démarches participatives : apprendre à faire ensemble
Démarches participatives : apprendre à faire ensemble

Le 22 janvier 2015, le premier des cinq séminaires organisés par le Carrefour des métiers s’est tenu à Toulouse, grâce à l’appui de Solidarité Villes. Il a réuni près de 75 personnes autour de la question des compétences des développeurs territoriaux au service de la participation citoyenne.


Introduction

Pour introduire le séminaire sur la participation, nous avons fait appel à un duo : Gérard Gasselin, urbaniste, directeur de Solidarité Villes, pour nous dresser un rappel historique des démarches participatives et de ses référentiels de pensée sous-jacents et, Laurence Barthe, enseignante-chercheure à l’Université de Toulouse Jean Jaurès, pour nous donner quelques pistes de réflexion sur les enjeux d’aujourd’hui.

Séquence « L’écosystème et le jeu d’acteurs impliqués dans les processus de participation »

Cette séquence s’est appuyée sur cinq études de cas :

  • Expérience « La vie rurale, ce n’est pas de la science-fiction » avec le témoignage de Didier Bardy, président du Conseil de développement du Pays Porte de Gascogne
  • Expérience de mise en place d’un centre social sur la Communauté de communes du territoire de Grisolles et Villebrumier avec le témoignage de Nathalie Genibre-Pigoût, directrice de centre social
  • Projet de mise en place d’un atelier solidaire portant sur les économies d’énergies dans le quartier Empalot à Toulouse avec le témoignage de Florent Waeghemaeker, chef de projet Développement social à la Ville de Toulouse
  • Démarche de co-construction d’un projet d’aménagement urbain à Mont de Marsan avec le témoignage d’Antoine Luginbühl, paysagiste, Les Passeurs
  • Démarche de concertation dans le cadre d’un projet de ré-aménagement d’un quartier en centre-ville de Pau avec les témoignages de Corinne Sadokh, directrice d’études à Solidarité Villes, et Véronique Vendée, présidente d’une association de parents d’élèves

P1229369A partir du témoignage d’un acteur direct du cas étudié, les participants prenant le rôle d’une des parties prenantes devaient repérer ses finalités ainsi que les moments-clés lors desquels il a joué un rôle important ou lors desquels son positionnement a évolué.

Il s’agissait d’inviter les participants à prendre conscience que (1) les modalités d’intervention, de participation ou de non-participation de tel ou tel acteur n’est pas neutre mais que l’intérêt qu’il y adosse orientera sa démarche, (2) ces acteurs peuvent être successivement ou simultanément responsables, légitimes, avoir le pouvoir ou l’autorité pour agir, orienter le processus.

Il s’agit de montrer ce qui se joue dans une démarche de participation, pour le développeur territorial et pour l’ensemble des acteurs.

Cette séquence permettait aux participants de saisir les notions de jeu d’acteur, d’écosystème, de finalités, de responsabilité, de légitimité, de pouvoir, d’autorité.

« Quelle complexité pour un projet pourtant si « petit » !», un participant à l’étude de cas « Empalot »

Séquence « Finalités, formes et conditions incontournables de la participation »

Cette séquence également en groupes était consacrée aux formes et conditions de la participation.

L’idée sous-jacente est d’expliciter le fait que toutes les formes de participation ne sont pas synonymes. Information, concertation, co-construction, co-décision, co-gestion… Il n’y a sans doute pas une forme meilleure qu’une autre mais qu’en fonction des finalités, une forme peut-être préférée à une autre.

Par ailleurs, choisir une forme, c’est aussi s’assurer que les conditions sont réunies pour pouvoir mener à bien le processus, que ces conditions soient d’ordre matérielles, temporelles, organisationnelles, financières…

Par ce travail en groupes, les participants étaient donc invités à réfléchir à la cohérence entre les conditions réunies, la forme choisie et les finalités adossées au processus en cours et à s’interroger sur les conditions du maintien du cap fixé au départ tout au long du processus, en le rendant explicite aux parties prenantes.

Voir les détails des travaux des participants.

Séquence « Quelles pratiques mettre en œuvre et quelles compétences mobiliser ? »

Objet spécifique de nos groupes de travail, la notion de compétences à mobiliser pour mener à bien un processus de participation a fait l’objet de cette dernière séquence de travail en groupe.

Les participants étaient invités à travailler sur les compétences en général, qu’elles soient celles des développeurs territoriaux ou du territoire. Que ce soit pour légitimer, susciter, préparer ou animer la participation, l’idée est que toutes les compétences ne sont pas forcément détenues ou à détenir par le développeur territorial lui-même mais que ces compétences sont mobilisables auprès d’autres acteurs.

Une fois ces compétences identifiées, la question suivante était de voir ensemble comment elles peuvent être acquises ou transmises.

Le dépouillement de ces ateliers a été réalisé par Pascal Bonnin de l’ADEFPAT.

Avertissement de Pascal sur le parti pris du dépouillement réalisé :

 » Pour plus de clarté, j’ai essayé de « traduire » les savoirs et compétences en respectant et interprétant au plus juste ce qui était exprimé : pour les savoir-faire par exemple, un verbe d’action et des compléments. Les sujets (qui met en œuvre la compétence ?) ayant été renseignés de manière tellement hétérogène (souvent pas du tout), je ne les ai pas repris. Quand des items étaient « intraduisibles », je les ai gardés tel quel. Et quand je m’interroge sur la pertinence d’une formulation, ou le manque de compléments, je l’indique avec des (?) ou des propositions de compléments ( ??? xxx ???).

Les items exprimés sont disponibles en vrac (saisis en liste sans aucune forme de tri). Comme différents niveaux de compétences étaient exprimés, il m’a cependant paru plus pertinent de les « classer » de la manière suivante :

  1. Si on considère que légitimer / susciter / préparer / animer sont les grands domaines d’activités/compétences mises en œuvre, on trouve parfois des « sous-activités», des grands domaines de compétence qui mobilisent les savoirs et capacités.
  2. Ont été exprimés des savoirs théoriques, soit disciplinaires, soit contextuels. (connaissances des « objets » de l’action, de leurs fonctionnements, et de leurs propriétés)
  3. Les savoirs procéduraux permettent de passer de la théorie à l’action. Ce sont les processus, procédures, règles, méthodes, techniques… qui donnent un mode d’emploi pour agir.
  4. Les savoir-faire (savoirs de l’action) sont traduits par des verbes d’action et assortis de compléments permettant de comprendre l’action.
  5. Les qualités personnelles rassemblent des traits de personnalité, des capacités, des manières de faire, et des postures… plus difficiles à apprendre, plus liés à la personnalité qu’à ce que les gens savent ou font, on peut les assimiler aux savoir-être.
  6. Quelques modalités d’apprentissage ont été suggérées.

Il a parfois été nécessaire de « reclasser » des savoirs exprimés dans une autre activité quand cela paraissait évident. (ex. Gérer les participants intempestifs (parleurs chroniques…) me semble plus relever de la compétence Animer que de la compétences Susciter). Enfin, à trois ou quatre reprises il paraissait évident qu’un ou plusieurs savoir-faire nécessitaient des savoirs théoriques et procéduraux non exprimés, j’ai alors complété. »

Retrouvez l’exhaustivité des propositions des participants pour :

Image2

2 résponses à “Démarches participatives : les professionnels du développement territorial au service des processus de participation et du « faire ensemble »”

  1. Programme du 2ème Congrès 2015 | Développeurs territoriaux

    […] dans le prolongement des travaux du Carrefour des métiers (coopération, intermédiation, participation, […]

  2. 2ème Congrès national des développeurs territoriaux | Unadel

    […] territorial  depuis un an autour des questions de coopération, d’intermédiation, de participation, d’innovation et […]

Les commentaires sont fermés.
200-125dumps 100-105dumps 210-260dumps 300-115dumps 200-105dumps 300-101dumps 200-310dumps 210-060dumps 200-355dumps 640-911dumps 300-075dumps 300-208dumps 300-070dumps 300-360dumps 642-998dumps QV_DEVELOPER_01dumps 400-101dumps 210-451dumps 700-501dumps 400-051dumps 117-201exam