Documents généraux

Charte de référence du métier d’agent de développement, Unadel, 1996, 5p.

Dès 1996, l’UNADEL proposait une charte à l’usage des professionnels du développement, de leurs employeurs et partenaires. Contrat moral passé entre ces acteurs du développement territorial, cette charte devait « permettre de mieux appréhender les pratiques des agents de développement, leurs méthodes, leurs convictions, leurs limites ». Elle est l’un des premiers documents de référence sur ce métier difficile à cerner mais alors en plein développement.

Enquête métiers du développement, Profession développement, 2005, 4p.

Fonctionnaires ou contractuels ? Bien payés ? Mal formés ?
En 2004, plus de 400 professionnels du développement répondent à une vaste enquête, lancée par l’association Profession Développement, sur leur mission, leurs conditions d’emploi, leur parcours et leur formation.
Dépouillés par ETD, les résultats sont aujourd’hui disponibles. La première enquête de cette ampleur sur ces professionnels depuis de longues années. Enfin des éléments de réponse en chiffres !

Des équipes et des métiers, Plateforme des métiers, 2004, 8p.

Le 5 novembre 2004 se sont tenus à Lyon les États généraux des métiers du développement territorial. Organisés par la plate-forme « Métiers du développement territorial », ils portent sur le thème des équipes et des métiers : Didier Jouve, vice-président du Conseil régional de Rhône-Alpes y fait part de sa vision de ces métiers et de leur évolution ; des professionnels y témoignent de leur expérience ; différentes enquêtes et analyses y sont présentées ; les métiers du développement au Québec et dans les pays du Sud sont aussi évoqués.

Référentiel de compétences: coeur de métiers, Plateforme des métiers, 2005, 30p.

Comment y voir clair dans l’émergence et la diffusion des métiers du développement territorial ? Y a-t-il une grande famille regroupant ces métiers à laquelle s’identifieraient de nombreux professionnels ?
Quelles sont les compétences essentielles ?
C’est à ces questions que ce référentiel donne des éléments de réponse. Il contribue ainsi à rendre les métiers du développement plus lisibles, à faciliter leur reconnaissance et à améliorer la mobilité des professionnels.

Référentiel de compétences : les annexes, Plateforme des métiers, 2005, 19p.

Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger la liste des documents qui ont servi à l’élaboration du référentiel de compétences « cœur des métiers »; une liste des intitulés de postes, des éléments sur différents travaux de référentiels utilisés par la plate-forme, et une analyse du cœur de métier.

Fiches métiers Pôle Emploi
Fiche 23211a « chargé de développement local », 2007, 4p.
Fiche 23211 b « chargé de promotion du tourisme local », 2007, 4p.
Fiche-métier K1802 « développement local », 2010, 4p.

En 2006, la Plate-forme participe à l’élaboration des fiches-métiers consacrées au développement local à la demande de l’ANPE, pour un déploiement en 2007.
Ce travail est l’occasion de caractériser ce métier « flou » tout en participant de sa reconnaissance.
Les deux versions des fiches-métiers de 2007 sont refondues en 2009-2010.
La version actuelle réunit 38 appellations.

Quelles équipes-projet pour les Politiques de la Ville de demain ? Actes de la 7è journée nationale des professionnels du Développement Social Urbain, mars 2012, 70p.

Co-organisée par l’Inter‐Réseaux des professionnels du Développement Social Urbain, l’Unadel ‐ « Plate‐forme des métiers du développement territorial » et La Gazette des Communes, la 7è Journée nationale des professionnels du Développement Social Urbain anticipe l’évolution attendue de la politique de la Ville, eu égard aux échéances électorales d’alors. La mise en place progressive d’équipes-projet pluridisciplinaires apporte de nouvelles dimensions au développement social urbain. Les journées abordent les conséquences sur le développement d’une ingénierie adaptée. Dans cette ré-organisation, les compétences attendues en termes d’évaluation, d’observation ou la capacité à répondre aux prescriptions de participation sont abordées. La capacité à composer avec des inégalités territoriales suscitent aussi le débat. Ces échanges confirment l’importance de la participation des professionnels à la définition des politiques publiques qu’ils sont chargés de décliner.

Prospective « métiers », Plateforme des métiers de l’Unadel, 2013, 61p.
Travail de prospective de la plateforme des métiers du développement territorial (2011/2013), qui éclaire les évolutions de l’ingénierie et des métiers du développement territorial. Quelles sont les conséquences de ces évolutions sur les pratiques des professionnels ? En mobilisant des centres de ressources et structures d’appui, des réseaux de professionnels, des organismes de formation, des institutions, cette démarche prospective aboutit  à 4 scenarii :
La haute performance territoriale :  elle organise et conditionne les modes de coordination et d’accompagnement par les financements du développement territorial, vers des procédures d’appel à projet, à financement complexe, animés par la recherche de performance et des résultats.
La subsidiarité ascendante : la participation active organise l’action publique. La décentralisation est négociée selon une logique ascendante. Scénario de rupture qui contient en son germe l’hypothèse de la révolution.
La décentralisation stratifiée : Une décentralisation poussée a renforcé l’autonomie des collectivités, en leur donnant beaucoup de moyens mais sans travailler l’articulation entre elles, sans chefs de file ou autorité organisatrice. L’effet club pèse sur l’organisation des acteurs et des politiques publiques.
L’embellie/hégémonie des réseaux communautaires : traduit une montée en puissance de la logique communautaire par affinités, avec une mobilité renforcée, un accès généralisé à internet et d’autres logiques de solidarité, transnationale.

Recherche-action Relations entre milieux professionnels et milieux de l’enseignement supérieur, Plateforme des métiers de l’Unadel, 2013, 72p.

Lancée en parallèle et en complément de la démarche prospective, cette recherche-action vise à contribuer à améliorer l’adéquation entre formation et emploi par l’ajustement des relations entre milieux professionnels et enseignement supérieur (formation initiale et continue). Sept groupes de travail régionaux (Ile de France, Auvergne, Rhône Alpes, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Aquitaine, Estrie au Québec) ont contribué à cette recherche-action et favorisé par ce travail en commun un rapprochement « universités-territoires ».
Les travaux menés ont permis de rendre lisibles, d’une part les évolutions des pratiques professionnelles, l’évolution du paysage et celle des pratiques de formation, et partant, l’évolution des besoins en compétences, les manques et spécificités des formations par rapport à ces compétences, et plus largement l’articulation entre offre de formation et parcours professionnels (voir en particulier les rapports d’étude des groupes de travail en Ile-de-France, en Languedoc-Roussillon et au Québec). Ils ont d’autre part permis de dresser un état des lieux sur les interfaces existantes entre universités et territoires, entre centres de formation et milieux professionnels. Ces interfaces sont beaucoup plus nombreuses et diverses qu’imaginées au départ, et l’enjeu d’un rapprochement, surtout entre universités et territoires, en fait un enjeu particulier (voir, par exemple, l’enquête formation interrégionale). Au-delà de l’établissement d’une typologie de ces formes de rapprochement, de coopération ou d’interaction, il s’agissait de mettre en exergue les pratiques exemplaires et innovantes, et de rentrer ainsi au cœur des expériences menées.

Synthèse des résultats de l’enquête inter-régionale sur les formations dans l’enseignement supérieur, en Auvergne, Ile-de-France, Midi Pyrénées et Rhône-Alpes, Plateforme des métiers de l’Unadel, 2013, 45p.

L’enquête menée dans le cadre de la recherche-action, auprès d’une trentaine de responsables de formations sur 4 régions, Auvergne, Île-de-France, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes, a été réalisée dans un contexte marqué par des transformations rapides du paysage de l’enseignement supérieur et du champ du développement territorial. Il s’agit donc d’essayer de comprendre les enjeux auxquels doivent faire face les établissements d’enseignement supérieur pour mettre en oeuvre et adapter des formations professionnelles aux métiers du développement local et territorial.

Étude de terrain : les relations Emploi Formation dans le champ du développement territorial, IRTS-IFOCAS, Montpellier, 2012, 76p.

L’enquête de terrain de quatre étudiants porte sur les relations entre l’emploi et la formation dans le champ du développement territorial. Elle s’inscrit dans le module « conception et conduite d’action » du Diplôme d’Etat d’Ingénierie Sociale, porté par l’IRTS –IFOCAS de Montpellier, en lien avec l’Université Paul Valéry. Ce rapport fait émerger des préconisations dans le champ des politiques publiques (l’emploi, la formation), avec l’ambition d’agir sur « ce qui pose question ».

Rapports d’étude de Languedoc-Roussillon, d’Ile de France et du Québec.
Enquête auprès des professionnels du Développement social urbain « Quels métiers ? Quelles formations ? Quelles perspectives ? », Université d’Evry, 2012, 105p.
Enquête réalisée dans le cadre de la recherche-action auprès de professionnels du développement social urbain en Ile de France (12 millions d’habitants et plus de 500 quartiers ciblés par les contrats urbains de cohésion sociale). Cette enquête décrit le choc de générations entre les professionnels issus du terrain et ceux issus de l’université et la corrélation entre offre de formation et modalités de recrutement.

Synthèse des deux chantiers Prospective et Recherche-Action 2013, Plateforme des métiers de l’Unadel, 45p.

Synthèse spécifique : réflexion sur les enjeux et perspectives pour les métiers du développement territorial, Plateforme des métiers de l’Unadel, 2013, 22p.

Synthèse des enseignements des chantiers Prospective et Recherche-action menés entre 2011 et 2013. Ce document rappelle que l’analyse prospective est venue confirmée le caractère cyclique et dialectique du développement entre ses prismes « développement local » et « développement territorial ». L’attente en matière d’innovation vient interroger un développement territorial qui s’est institutionnalisé et ouvre une période de retour à un développement local, nouvelle génération qui « s’ancre dans des réseaux mondiaux, où s’échangent des idées et des pratiques à l’échelle de la planète ».
Le rapprochement entre universitaires et acteurs du territoire a mis en exergue « les limites et contradictions actuelles de la professionnalisation et de la territorialisation des formations au développement local et territorial. »
Ces travaux témoignent également de la multiplicité des alternatives qui se déploient en dehors des dispositifs territoriaux tout en intégrant les fondamentaux de la question territoriale (lien au territoire, valorisation des ressources locales, avenir commun, solidarité, partenariat et coopération), nouvelles opportunités pour un développement territorial dans un monde global et interdépendant.

Synthèse de la journée d’échange sur les transformations des métiers du développement territorial à Foix,  2013, 5p.
En 2013, une journée d’échanges consacrée aux transformations des métiers du développement territorial s’est tenue à Foix en présence de 14 participants professionnels du développement territorial, de réseaux et de la recherche. Centrée sur cinq témoignages de pratiques, cette journée a fait ressortir quatre points en particulier, inter-reliés :
la confirmation d’un réel changement de pratiques ou de contexte ;
la demande de spécialisation ou d’expertise plus grande ;
la tendance à la rationalisation des activités ;
l’importance des réseaux, la nécessité de les maintenir ou de les adapter.

Les commentaires sont fermés.